La journée Atelier de Paris Web 2016

J’ai pu participer cette année à la journée Atelier de Paris Web 2016 à Paris. Quel plaisir j’ai pu prendre à apprendre, partager et tester avec des personnes du monde du web, passionnés et passionnantes.  Je vous présente les 3 ateliers auxquels j’ai assistés.

Cette journée atelier est pour moi un rendez-vous de très, très grande qualité de par son aspect labo expérimental basé sur l’expérience et la connaissance. Sortir de ma zone de confort (professionnel notamment), de mes automatismes et autres formatages, pour découvrir de nouvelles méthodes, apprendre de nouveaux outils et surtout, surtout, avoir la joie de retrouver des collègues et des amis de ce monde du web, communiquer et se solidariser sur nos problématiques.

1 – Programmer ou être programmé

Cet atelier fut animé par Willy Leloutre et Olivier Furin de la Coding School, société coopérative très active sur la chaîne éducative en France, pour enseigner la culture code sans développer, dans une approche de living Lab.

Ce premier atelier du Paris Web 2016 m’a enthousiasmée : en live, nous avons construit un petit objet connecté, un badge avec des leds et une puce NFC : atelier soudure ! L’idée était de fabriquer ce badge avec une interaction qui se déclencherait par NFC via un téléphone mobile.

reflexion-coding-school-catepeli

Cet atelier s’est déroulé en 3 parties, une première partie introductive posant les questions de la place de la programmation dans l’éducation, la notion de transmission de la part des parties prenantes, donc nous, qui travaillons dans le web.

La deuxième partie nous a permis de découvrir et expérimenter l’application applinventor, sur laquelle nous avons commencé le projet de mini application mobile en assemblant des blocks de programme. Il s’agit donc de Visual Coding, rendre accessible la programmation de manière visuelle sans savoir développer.

Et une troisième partie s’est déroulé avec un poste de soudure pour fabriquer le badge : assembler le badge, une pile, 2 leds et la puce. Du titane et voilà, nous avons un badge prêt à être connecté  à notre mobile via NFC.

atelier-parisweb-2016-programmer

Ce fut donc passionnant de pouvoir, au-delà de l’écriture d’une seule ligne de code, créer un objet connecté en le « faisant soi-même », accéder aux outils simples de facture pour concevoir, programmer et fabriquer de ses propres mains un objet interactif. Il m’a permis de découvrir concrètement le principe du jeu de construction des blocks pour chaque boucle, comme les lego pour agencer un programme, de manière empirique et simple. C’est ludique, accessible et cela ouvre le champ des possibles. En plus, cela permet d’apprendre le code de l’autre côté, côté faiseur, côté concret et matériel, ce que je peux adorer ! Bravo la Coding School !

2 – Git is choupi

Après un déjeuner sympa et chaleureux (malgré le froid…), je passe sur le deuxième atelier, avec un titre raccoleur :). Chouette, un partage de connaissance sur Git, découvrir les méthodologies sur le terrain de Guillaume Turri (développeur chez Criteo) et Agnès Haasser (développeur).

git-picto-logo

Bon… ce n’était pas tout-à-fait cela, plutôt une initiation qui n’en était pas une : une explication du fonctionnement de Git sans parler des branches c’était risqué. L’atelier s’est révélé quelque peu brouillon, en espérant qu’ils pourront en refaire un meilleur et plus clair :).

Pour ma part qui connaît Git et travaille avec depuis quelques mois, je me suis retrouvé à participer à cet atelier et reprendre les notions et termes de l’outil. C’était pas mal, j’ai pu comprendre le Git rebase, ce que je ne fais que très rarement dans mon workflow de production.

nuthl-git

Cet atelier m’a montré que Git n’est pas si facile d’accès pour un grand nombre, que les termes sémantiques utilisés sont trompeurs et ajoutent de la confusion. Ce qui me donne l’envie d’y revenir et proposer une explication de Git dans un workflow, pour rendre les choses plus concrètes et accessibles.

3 – Deviens testeur en accessibilité mobile en 1H30 chrono

Allez, allez, on continue avec le 3e de cette journée atelier : du test en accessibilité mobile. Du pratique, du tangible, du consistant ! Alex Bernier et Olivier Nourry nous ont guidé dans des tests en live de 3 applications mobile : Le Monde, Télé-Loisir et Météo France. Munis de nos mobiles, d’un côté iOS, de l’autre Android, (presque 50/50 dans la salle) nous voici transformés en testeurs handicapés visuels à taper sur nos mobiles….. et passer un très mauvais quart d’heure….. Du tactile 100% sans aucun repère, c’est quelque chose ! Un test vraiment simple qui montre avec évidence à quel point on est loin du compte.

Puis autre étape de test sur les applications mobile, activer le Talkback (sur Android dans paramètres) et le VoiceOver (sur iOS dans Réglages). Et là, c’est encore pire !! Une voix qui nous dit « input non renseigné » pour une picto qui sert à fermer, l’impossibilité de sortir de la page, se débarrasser d’une pub intrusive avec une image sans alt, donc sans description, avoir la liste d’actualités renseignée mais pas le détail, passer sur une autre page mais ne pas avoir le retour d’info sur le passage sur la page avec le descriptif du H1 et H2….. Et là, on pense à notre code, très fort !!

accessibilite_mobile-parisweb-2016-catepeli

Des choses simples sont à faire pour l’accessibilité :

  • grouper les éléments en lien entre eux,
  • labelliser les boutons,
  • bien faire les focus

A consulter :

la méthodologie du RGAA

le référentiel spécifique aux plateformes mobiles/tactiles

Cet atelier a eu le mérite de montrer de manière extrêmement simple à quel point nous avons notre rôle à jouer pour avancer et améliorer l’accessibilité de nos sites, en amont et en direct dans notre workflow, dans notre code et sensibiliser nos décideurs pour intégrer très vite les référentiels d’accessibilité.

PLUS : un petit topo de Olivier Nourry sur la préparation de l’atelier d’accessiblité mobile

Voilà donc mon petit récap. de cette journée atelier fantastique, grâce à laquelle j’ai pu découvrir le Visual Coding, apprendre à fabriquer un badge connecté, m’intéresser à ces petites puces toutes gentilles et pleines de promesses avec le NFC, retrouver quelques notions bienvenues dans mon apprentissage personnel de cet outil  et découvrir la nébuleuse de l’univers Git pour d’autres, et enfin entrer dans le monde des déficients visuels et… ne pas les envier, en conséquence vouloir les défendre. Beau programme, mais surtout,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :