Les FLUPA UX-Days 2016 – Conférence

Voici mon article sur la deuxième journée des FLUPA UX Days 2016 – conférence. Une journée tournée sur la stratégie UX et le lean, et d’autres thèmes passionnants. Un peu de temps pour digérer cet afflux de connaissances et de partage pour synthétiser et émettre une impression plus forte. Cette journée d’atelier était dense, mon carnet fut bien rempli ! Voici le report de mes notes pour la première partie.

Les FLUPA UX-Days 2016 – Conférence

Voici donc mon article sur la deuxième journée des FLUPA UX-Days 2016. Ce qui fut drôle en premier lieu fut de me retrouver à la Cité universitaire et y retrouver quelques souvenirs ! Superbe lieu. Tenue par des professionnels UX, la FLUPA UX-Days 2016 – Conférence a tenu ses promesses au vu du programme. J’ai été impressionnée par le monde présent pour cette année, beaucoup de « UX designer » en poste, des UX researcher, et des UX consultants, bref, ça bouge !  Welcome to the Flupa UX-Days 2016-Conference.

1 – What’s your plan: genius, luck or strategy ?  _  Paul Bryan

Paul Bryan est consultant en User eXperience Strategy à Atlanta. Attention master :). Sa conférence axée sur la stratégie a parlé autant de manière professionnelle que personnelle. Comment établir une stratégie UX à un projet mais aussi à une vision,  à notre engagement envers la capacité d’évolution de notre travail, de notre maturité pour ce faire. Car aujourd’hui encore, les entreprises ne sont pas encore prêtes à nous entendre. Nous sommes les acteurs de l’UX, et c’est maintenant qu’il nous faut, chacun d’entre nous, prendre notre vision et concrétiser une stratégie pour briller et convaincre….

De la capacité des Américains à porter une vision et nous exhorter à aller plus loin.

Une stratégie c’est quoi ? C’est donc une vision, mais aussi la liste des moyens à mettre en oeuvre, un plan d’attaque pour atteindre l’objectif qu’on s’est fixé.

Depuis 1990, l’UX a évolué à travers 4 stades : esthétique – fonctionnel – adaptative – stratégique. Etablir une stratégie permet d’utiliser au mieux les ressources pour évoluer et devenir meilleur. Pour l’UX, cela doit se révéler pour guider tout le design d’un projet. Paul Bryan appelle la stratégie de l’expérience Design  la « North Star ». L’image est belle.

La stratégie d’expérience requiert de la rigueur

C’est la loi principale de Paul Bryan. Et je ne dirai absolument pas le contraire.

Paul Bryan Strategy for UX strategy : requires rigor _ Flupa UX Days 2016 _Blog Catepeli

La stratégie doit briller et conduire la stratégie produit, car la stratégie d’Xp design vit dans un éco-système physique et digital, un contexte déterminé, pas la stratégie produit. Le design et le business ont trop été développés séparément. Ils doivent converger absolument. Paul Bryan cite Nike comme une société qui a aligné son UX avec son business model. Nous devons prendre exemple et développer un modèle d’expérience plus avancé, plus ingénieux pour nos stratégie d’Xp. C’est elle qui devra mener la vision à long terme du projet (produit ou service). Et surtout point important, il faut la mettre en pratique, la tester, et la communiquer à tous pour qu’ils deviennent concernés et acteurs de la stratégie.

3 étapes pour construire la stratégie UX

  1. Conduire une recherche utilisateur immersive (immersive research),
  2. Construire un modèle client prédictif (customer model),
  3. Faire une eXpérience Map (eXperience Map).

Comment créer une stratégie UX de Paul Bryan - Flupa UX Days 2016 - Catepeli Blog

Une conférence intense avec un Paul Bryan en forme. Un joli boost d’encouragement et de positive attitude pour aller bosser  et « évangéliser » !

2 – Cinq concepts pour briller en société (et accessoirement en UX)  _ Guillaume Abel

Guillaume Abel est User eXperience Team Leader chez Ekino. Cette petite présentation aborde 5 grands concepts concernant des cas (ou des profils) que l’on peut retrouver au cours nos projets. Plutôt drôle et évocateur.

  • Le culte du cargo

Voir la définition sur Wikipedia  , appliquer des méthodes par mimétisme. Dans nos métiers, il s’agirait alors d’appliquer une pensée magique et faire du « amazon »,  du « steve Job »…

  • L’esprit d’escalier :

Il s’agit là de penser après coup ce qu’on aurait dû faire, dire etc…. L’esprit d’escalier doit devenir une étape d’itération intégrée dans le processus design, pour mettre à profit ce retour d’idée tardivement lucide et perspicace.

diderot_lescalier_flupa2016_catepeli

  • L’HIPPO

Highed Paid Person’s Opinion. Tout est là. Il ne faut pas alors hésiter à embarque l’HIPPO dans le processus de réflexion, de création (stakeholder interview). Autre chose, nous pouvons argumenter armés des datas. « sans datas, c’est l’HIPPO qui gagne. »

  • La vérité de la Palice

Affirmer des évidences, des lapalissades, perdons-nous notre temps ? Non, car les évidences sont utiles à formaliser dans une démarche constructive. Les évidences ne sont pas toujours évidentes, finalement. Après avoir écouté notre HIPPO, il est bien possible de pouvoir rebondir sur une lapalissade :

« S’il y a un parcours utilisateur, c’est qu’ils viennent de quelque part. »

« Bien sûr, le client a besoin de son lien « déconnexion » pour pouvoir se déconnecter, ou pas. » (expérience personnelle)

  • Le chat de Shrödinger

Voir la définition de Wikipedia , l’expérience qu peut prouver que le chat est à la fois en vie et à la fois mort. Dans nos processus, nous pouvons avoir une interface à la fois utilisable et inutilisable. Car nous ne pouvons pas toujours tester avec des utilisateurs nos réalisations….

Plutôt sympa cette révision (et découvertes) de principes bien réels et bien accrochés à nos mauvaises habitudes….

3 – Le recueil des besoins des utilisateurs, un casse tête pour l’équipe projet ?  _ Florian Such

Florian Such est consultant en gestion de projet et accompagnement des équipes, et il a pu nous livrer son retour d’expérience. Le recueil des besoins est fragile,il dépend du contexte dans lequel il est pris. L’expression des besoins évolue dans le temps, elle est plurielle, car nous n’avons pas tous les mêmes représentations du monde.

Recueil des besoins conférence de Florian Such, Flupa UX Days - Blog Catepeli

Par les méthodes agile, on peut parvenir à résorber ces problématiques. Il s’agit d’intégrer l’expression des besoins dans le processus de conception & réalisation. Les cycles doivent être courts, toujours en lien avec les utilisateurs afin de casser le cercle introspectif des concepteurs. Le lien avec l’utilisateurs doit être entretenu, les interview et autres échanges doivent être approfondis, organisés comme des matchs de tennis.

quand j’entends un élément qui m’intéresse, je creuse, mais pas trop et le reprends sur un autre élément.

Il faut chercher les angles morts. Quand on entend notre utilisateur formuler des remarques incohérentes, il ne faut pas le lui dire, sinon il se ferme. Mais plutôt, il faut être très à l’écoute, reformuler, être à l’écoute aussi de ses sentiments, considérer les aspects cognitifs avec le sentiment du moment.

Il s’agit donc de prendre en compte les aléas subjectifs qui influencent nos processus. Que ce soit du côté utilisateur mais aussi (et surtout (?) nos équipes UX, dév., métiers….), interroger nos dynamiques de groupe et manager.

Très intéressante conférence.

4 – Lean UX; développement agile : oui c’est possible !  _  Nicolas Samir

Ah voici une (trop petite) conf vraiment extra !! Nicolas Samir est un (ancien) dév. et UX designer : déjà ça me parle ! Pour son pitch, il nous parle de donner du sens, quand la stratégie est drivée par les utilisateurs (tiens, encore de la stratégie !).

Ne vendez pas votre produit le problème que vous résolvez.

Nous devons regarder ce à quoi nous faisons face, notre posture par rapport au client est importante. Nous devons passer de « regardez ce qu’on sait faire » à « voyons comment on peut vous aider ». Il ne s’agit pas de porter une de nos idées ou celle d’un supérieur, mais de s’asseoir auprès de l’utilisateur et attendre, l’écouter, l’observer consciencieusement.

Lean UX, conférence de Nicolas Samir - Flupa UX Days - Blog Catepeli

C’est l’utilisateur qui décide de ce qui est pertinent, pas nous. Nous devons aussi trouver des solutions peu onéreuses pour tester nos hypothèses et pouvoir être plus serein. Il ne s’agit plus de s’avancer dans une démarche à la fois non pertinente et trop intellectualisée, et se révéler incertain. Il faut itérer autour de l’expérience. Même si cela concerne aussi l’échec, note métier nous impose la capacité à nous remettre en question de manière constante, l’itération c’est aussi ça. Nous devenons alors des accompagnateurs d’expérience, en communiquant avec nos clients-utilisateurs et en les faisant revenir dans l’itération.

Les slides de Nicolas Samir pour son pitch Lean UX; développement agile : oui c’est possible !

Voilà déjà 4 conférences bien denses et passionnantes. A suivre, les conférences de Carine Lallemand, Andréa Boisadan, Anne-Hélène Lizé et Carole Baudry.

 

Categories:
Tags:
Date:
  • 15/07/2016
Share:
%d blogueurs aiment cette page :